La grippe de cet hiver restera-t-elle dans les annales ?

L’épidémie de grippe de la saison hivernale 2014-2015 a été importante. Les instances de surveillance française et européenne font le point sur la pathologie des premiers mois de l’année. L’institut de Veille Sanitaire (InVS) publie un bilan de la saison 2014-2015 disponible sur son site internet. Il fait état d’une forte épidémie de grippe A(H3N2) ayant duré 9 semaines avec 2,9 millions de consultations pour syndromes grippaux.  

Comme souvent, les enfants en bas âge ont été très touchés, avec un grand nombre de consultations pour ces symptômes. En revanche, ce sont les personnes âgées qui ont été les plus hospitalisées, représentant près de 15 000 entrées aux urgences (pour 30 000 passages aux urgences pour grippe)! Comme ces dernières années, les infections aux virus A(H3N2) ont conduit bon nombre de ces personnes fragiles en réanimation avec notamment 1328 cas groupés d’infections respiratoires aigües en collectivité. Les derniers chiffres annoncent 18300 morts en France dus à la grippe et aux autres facteurs hivernaux.

Les chiffres sont impressionnants et rappelle combien la grippe est une maladie dangereuse contre laquelle il faut se protéger ! Une grande majorité des pays européens ont également connu une épidémie similaire et signale près de 90 000 décès. Mais cette épidémie n’est pas la plus importante de ces 30 dernières années. Elle est même classée 14° ! Ce qui laisse suggérer l’impact probable des prochaines épidémies…

Les caisses d’assurances maladie alerte la population sur un taux de vaccination des plus de 65 ans en perpétuelle baisse avec une couverture vaccinale à près de 53%. La vaccination est le premier rempart contre l’évolution des épidémies et contre l’impact de la grippe, financier et humain. Contrairement à ce que peuvent prétendre les détracteurs de la vaccination, le vaccin a été efficace cette année malgré la mutation du virus.

Ce bilan très lourd doit faire réfléchir sur la dangerosité des virus grippaux et sur la nécessité de protection. Il ne faut pas oublier que les personnes les plus fortes face aux virus sont des vecteurs touchant nos proches les plus fragiles…

Source : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Grippe/Grippe-generalites/Donnees-de-surveillance/Bulletin-epidemiologique-grippe.-Point-au-22-mai-2015

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS