Lui, nous le connaissions déjà très largement, ce tout petit moustique qui transmet le chikungunya et la dengue : le moustique Tigre. Mais le virus Zika, lui qui n’a pas été encore médiatisé, est un virus connu depuis l’après-guerre mais que peu de personne connaisse. Il fait parler de lui pour la première fois en Micronésie en 2007 et en 2013 où il fait une épidémie plus importante en Polynésie avec 55000 malades.

Ce virus Zika est présent dans les zones tropicales d’Afrique et d’Asie habituellement. La contamination interhumaine se fait à cause de la piqûre d’un moustique infecté, du genre Aèdes. Ce sont initialement les primates non humains qui sont touchés par ce virus, mais il semble que l’homme peut être un bon hôte accidentel ! Il est aussi porté par d’autres animaux tropicaux comme les moutons, les chèvres ou les lions, ce qui ne fait qu’augmenter ce réservoir à virus…

Après contamination, la période d’incubation chez l’homme est de 5 à 7 jours. Et comme pour ses cousins la dengue et le chikungunya, le virus peut entraîner fièvre, éruption cutanée, céphalée et douleurs articulaires, spontanément résolutif en 4 à 7 jours environ. Mais le virus ne provoque des symptômes que dans moins de 20% des cas, contrairement aux 2 autres virus où ces taux sont plutôt vers les 80%. Le traitement n’est donc pas directement dirigé contre le virus mais repose sur la gestion des symptômes : paracétamol de préférence (évitez l’aspirine et l’ibuprofène) pour la fièvre, et antihistaminiques si des démangeaisons apparaissent.

Après le Brésil et la Polynésie française, c’est la Guyane et les Antilles qui sont touchés en cette fin d’année. Le suivi de cette épidémie ou « pré-épidémie » est rendue difficile par la faible expression de ce virus. Beaucoup de personnes infectées ne présentent pas de symptômes mais peuvent transmettre le virus, à la suite de piqûres. Les agences de santé restent vigilantes et veillent sur les populations.

Le moustique Tigre présent dans certaines régions de France fait encore parler de lui. Mais pour l’heure, pas de raison de s’inquiéter : les symptômes sont légers et les moustiques tigre ne sont pas légion en France par les temps qui courent. Et si jamais vous deviez aller dans ces zones à risques, une seule précaution : éviter de se faire piquer ! Et pour cela, penser aux moustiquaires et aux produits anti-moustiques !