Arrêt du tabac : comment réussir ?

En ce début d’année 2019, votre bonne résolution était d’arrêter de fumer... mais les mois passent et vous avez des difficultés à stopper complètement !

Les craintes des patients qui veulent arrêter la cigarette sont l’anxiété, la dépression et la prise de poids, mais rassurez-vous le sevrage tabagique sans souffrance existe.

Ne baissez pas les bras, la motivation est une aide précieuse, et nous allons voir ensemble comment être aidés.

Première intention : les substituts nicotiniques

Depuis le 01 Janvier 2019, l’assurance maladie rembourse à 65% les substituts nicotiniques, le restant est pris en charge par votre mutuelle (si vous en avez une).

Les formes remboursées sont les patchs (diffusion lente de nicotine) et les formes orales à diffusion rapide comme les gommes, les pastilles et les comprimés à sucer.

Les études scientifiques prouvent que les substituts nicotiniques augmentent vos chances de réussir de 50% à 70%.

Cependant, l’association de plusieurs d’entre eux est plus efficace qu’un seul de ces traitements. Il ne faut pas hésiter à coupler le patch avec une forme orale, celle qui vous conviendra le mieux.

Vous avez déjà utilisé les patchs et les formes orales, et les résultats ne sont pas là… pas d’inquiétude on passe à l’étape supérieure, le tout étant d’y arriver.

Deuxième intention : la varénicline (CHAMPIX)

La varénicline avait été mise en garde par rapport aux survenues d’événements neuropsychiatrique.

L’étude Eagles, la plus grande étude clinique du sevrage tabagique, a montré que l’utilisation combinée de la varénicline et d’un patch à la nicotine n’a pas eu d’augmentation significative du risque d’évènements indésirables neuropsychiatriques par rapport au placebo.

Celle-ci a montré des taux d’abstinence supérieur par rapport aux autres (patchs…).

La réduction progressive au fil du temps permet aux patients de diminuer eux même et d’éviter le syndrome de sevrage.

Que ce soit pour le traitement de première ou de deuxième intention, se rapprocher de votre médecin puis de votre pharmacien est une aide supplémentaire d’écoute et de conseil pour une bonne prise en charge.

Dr Elodie Duquenne