Vente de médicaments en grandes surfaces et sur internet... Bonne ou mauvaise idée ?

Ce jeudi 4 Avril, l’Autorité de la concurrence a recommandé d’élargir la vente de médicaments sans ordonnance aux parapharmacies, aux grandes surfaces et aux sites internet.
Cette solution permettrait de baisser les prix de certains produits de santé et d’améliorer leur accès.
Voyons ensemble les raisons pour lesquelles la ministre de la santé, Agnès Buzin, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens et les syndicats de pharmaciens réfutent cette proposition.

Quel est le rôle des pharmacies ?

Le pharmacien exerce dans une structure soumise au code de la santé publique. Il se doit de respecter les bonnes pratiques de dispensations, des contrôles de qualité et de traçabilité, quel que soit le produit pharmaceutique.
Les contraintes économiques de rentabilité que subissent les grandes surfaces et les sites internet ne sont pas la priorité de l’exercice des pharmacies.
Les pharmacies sont soumises à des obligations déontologiques instaurées au bénéfice des patients. Ils se doivent de refuser une délivrance de médicaments si celle-ci s’avère néfaste pour le patient, le diriger vers un médecin si nécessaire, le conseiller en fonction de ses pathologies sur un médicament hors prescription…

Que se passe-t-il dans les autres pays d’Europe ?

Dans l’Union Européenne, les médicaments sans prescription médicale obligatoire sont vendus exclusivement dans les pharmacies d’officine dans 12 pays sur 28.
Plusieurs pays qui pratiquaient de la vente « hors pharmacie » sont revenus en arrière surtout pour les antalgiques.
De plus, avec son système réglementé, la France échappe à l’introduction de médicaments de contrefaçon dans la chaîne légale d’approvisionnement du médicament contrairement à ses pays voisins.

Alors êtes-vous prêt à avoir les médicaments hors ordonnance en vente dans les grandes surfaces ou sur les sites internet ?

Dr Elodie Duquenne